Créer mon blog M'identifier

Toujours en partance

Le 14 avril 2013, 09:53 dans Humeurs 0

J'ai l'humeur et le coeur vagabonds, toujours en partance.

 

Sachant bien évidemment que l'herbe n'est pas plus verte ailleurs, juste un vent de fraicheur, de nouveauté brève qui parcourt l'échine avec volupté.

Instant suspendu, subtil, mais idéal et précieux.

Puis tout bascule, retombe dans la norme coutumière.

Se créer une autre, si différente et pourtant si approchante.

Et puis éviter les ecueils de l'autre, la souffrance, l'indifférence ...

Avec la solitude, un mot retenu hier : j'ai une longueur d'avance sur cette bete effroyable accolée à mon moi profond.

Elle me suit depuis tellement d'années ...

Alors, profitons de l'envol, d'une caricature d'un moi pas tout à fait réel, perdu dans l'immensité et les méandres de la toile.

Ne pas s'attacher, ne pas souffrir encore et encore ...

Désillusions, confiance abimée,

On lache le lien de la barque et on coule sur l'eau noire de son destin, en espérant toujours la bleuité de l'espérance.

derrière l'arbre

Le 13 avril 2013, 14:14 dans Humeurs 0

On dit bien que un arbre peut cacher la foret, je confirme !

 

Le vélo, ok, un petit tour qui m'a conforté à savoir que je pouvais repédaler, oui mais ...

Cela va -t-il me rendre plus heureuse, plus comblée, moins tristounette, moins en manque ?

Je ne me force pas à chercher la réponse, je sais bien que c'est non !

L'humeur, la lourdeur parfois d'exister, d'avancer est bien ailleurs, soyons juste.

Il y a les manques de l'existence, irrémédiables, comme ne pas voir ses petits enfants, un trou, une béance, impossible de la combler, bien entendu.

Et puis d'autres qui tel un collier de perles, se clipent les unes au autres pour parfois aller vers l'insoutenable.

Comme j'aime cette phrase " la légereté de l'etre ", combien elle m'est étrangère ou alors dans de vagues instants.

Alors oui, bien sur, on peut s'affoler, se distraire, chercher ailleurs, mais on sait au fond de son coeur que rien ne pourra combler, cette tristesse, cette peur aussi, car il y a l'autre fragile, démuni ...à nos cotés ;

En somme nous sommes tous funambules accrochés à un fil invisible, que j'espère ténu ...

essai

Le 13 avril 2013, 09:27 dans Humeurs 0

Aujourd'hui, je vais m'essayer à refaire du vélo, on dit bien que çà ne s'oublie pas.

 

Après on verra, si je m'achète mon vélo de reve blanc.

Voir la suite ≫